L'exemption...une nouvelle attente

Une véritable torture

Nous remercions fortement la covid car, grâce à elle, nous devons encore attendre une autorisation...


En période de covid, comme les frontières sont fermées, le gouvernement canadien doit délivrer une exemption pour voyager durant la pandémie. En août, le délai était de 3 jours pour obtenir ce document. En octobre, le délai annoncé est de 14 jours ouvrables mais, selon les avocats, ce délai est en réalité de... 30 jours. A croire qu'il n'y a que 2 jours ouvrables dans une semaine ! En rédigeant cet article aujourd'hui, le 6 novembre, cela va bientôt faire un mois que nous attendons sans avoir de réponse. En tant normal (sans covid), nous serions déjà sur place depuis le mois de juillet.

Après avoir enduré l'attente de nos lettres d'introductions pendant presque 5 mois, nous devons à nouveau attendre cette exemption. C'est le coup de bambou ! Le gouvernement canadien ne se rend absolument pas compte de tout ce que nous avons laissé derrière nous pour en arriver là, tous les sacrifices que nous avons fait pour ce projet d'immigration... Nous avons tout quitté mais, malheureusement, nous ne sommes que des numéros parmi d'autres compagnons d'infortune, peu importe la situation dans laquelle on se trouve.


Nous sommes toujours sans domicile fixe et sans emploi en France. Nous avons tout vendu : maison, affaires personnelles, voitures, moto... et nos affaires sont en garde-meuble depuis 3 mois. A cette date, les enfants sont déscolarisés du système scolaire français depuis mi-octobre car ils sont inscrits au Secondaire à Québec. Alors on essaye de leur faire l'école à la maison, tant bien que mal.


Le vrai désarroi est que personne ne peut rien faire, que ce soit l'employeur qui a recruté JC ou même le cabinet d'avocats. Rien ni personne ne peut faire avancer la demande. L'IRCC (en charge de l'immigration) est débordé de demandes et n'est accessible que via un formulaire web anonyme auquel répondent des agents (tout aussi débordés) quand ils trouvent le temps. C'est réellement frustrant de voir d'autres personnes partir avant nous alors qu'ils n'étaient pas forcément pressés ni dans une situation délicate...


Une grande culpabilité s'empare de moi, un dégoût pour cette aventure me submerge, beaucoup d'énervement et de frustration à la fois. Je me demande si nous n'allons pas devoir abandonner à la toute dernière étape, à 2 doigts de partir, aux portes de notre nouvelle aventure... Déjà une année vient de s'écouler depuis que JC a accepté ce travail. Un an de préparation et d'attente. Nous sommes à présent dans une impasse.


Quoi qu'il arrive, nous ne pourrons pas attendre éternellement car nous avons aussi une vie à continuer.


A suivre...

0 commentaire

Posts récents

Voir tout