Notre arrivée à Montréal et le passage à l'immigration

Dernière mise à jour : 26 nov. 2020


Nous sommes arrivés à 13h45 à l'aéroport de Montréal, contents d'être enfin sur le territoire canadien. Mais, à ce moment-là, nous avions encore l'épreuve de l'immigration à passer pour définitivement poser nos pieds au Québec.


En arrivant, nous avons dû inscrire nos informations (passeport, type de permis demandé, prise de photo, marchandises à déclarer...) sur des bornes électronique placées juste avant l'immigration. La borne nous a ensuite délivré un ticket récapitulatif de ces informations.

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers une cabine de douane, où un agent frontalier a contrôlé nos passeports et notre ticket avant de nous rediriger vers l'immigration.


Oups, je n'avais pas vu la caméra en prenant la photo !


Là, nous avons dû faire la queue. Un agent s'est occupé de distribuer des papiers d'information sur la conduite à tenir pendant la covid et de répartir les gens dans les files d'attente. Il nous a dit : "Votre quarantaine de 14 jours commence maintenant". 10 minutes après, JC a été appelé à un guichet par un douanier en charge de délivrer les visas pour expliquer le but de notre voyage et lui donner nos passeports et lettres d'introduction. Il n'y avait pas grand monde, mais nous sommes cinq et nous sommes tombé sur un douanier débutant qui sollicitait fréquemment ses collègues pour être conseillé. Nous avons attendu quasiment 2h pour qu'il nous délivre les visas. A ce moment là il était 16h mais, avec le décalage horaire, il était 22h. Nous étions fatigués et notre patience a été une nouvelle fois mise à rude épreuve ! Nous n'avions pas mangé depuis 18h, Elodie était infernale, nous étions exténués.

De plus, nous avions interdiction de récupérer nos valises et Nuki avant d'avoir récupéré nos visas. La pauvre Nuki devait encore patienter après le traumatisme du voyage !

La queue et les douaniers derrières les vitres


L'agent a enfin appelé JC pour nous délivrer les visas !

Enfin ! Après tout ce temps, nous devenions officiellement résidents temporaires canadiens ! Pas de temps de se féliciter. Les papiers en main, nous avons foncé chercher Nuki et nos bagages.

13h après son embarquement, nous avons joyeusement récupéré Nuki, bien vivante. Elle était super heureuse de nous voir ! Une agent de la compagnie aérienne attendait avec elle et nos bagages. Aucun dégât dans sa cage, bravo toutou ! Nous étions presque les derniers de notre vol.

Ensuite, direction le guichet de déclaration des marchandises et des animaux où un agent de l'immigration a vérifié nos visas et le carnet de santé de Nuki. Enfin ! Nous étions autorisés à sortir de l'aéroport, où un dernier agent de l'immigration nous attendait pour vérifier que notre ticket a bien été tamponné et que nous avions biens les visas !

Sortie officielle à 16h30 !

Après avoir fait faire un petit tour à Nuki pour ses besoins, avec la bénédiction d'un douanier, nous sommes sortis à l'extérieur. Température : 2°C ! Largement supportable avec ce froid sec dont nous avions tellement entendu parler.


Mais notre voyage ne s'arrêtait pas là ! A cause de la pandémie, l'aéroport de Québec était fermé pour les vols internationaux. Nous avons dû prendre un taxi pour nous rendre à notre lieu de quatorzaine dans la ville de Québec. Nous avons alors découvert les fameuses routes canadiennes larges, avec les célèbres panneaux de direction verts (comme dans les films) !

Mais la nuit est tombée très vite. A 17h (23h en France), il faisait déjà nuit noire. Nous avons lutté pour garder les yeux ouverts.

Nous sommes finalement arrivés après 3h de route, à 20h (2h en France).

Nous étions bien contents de découvrir notre nouvel environnement. Ici tout est grand : les routes, les maisons, la ville !

Puis, nous avons récupéré les clés de la maison, fait le tour du propriétaire, avons récupéré nos courses, rangé l'épicerie et déballé nos affaires. Heure du coucher : 21h (3h en France). Exténués on vous dit !


Maintenant, il nous faudra un peu de patience car, venant de France, nous devons rester en quatorzaine. Interdiction formelle de sortir de notre maison sous peine d'avoir une amende bien sévère et une peine d'emprisonnement. Et, ici, le voisinage surveille car la délation est considéré comme un acte civil. Ambiance...

Sortie de quatorzaine : le 1er décembre à 14h ! Vivement !
0 commentaire

Posts récents

Voir tout