Sortie de la quatorzaine

Depuis 14 jours, nous tournions comme des lions en cage !

Le jour J, nous sommes sortis de notre quatorzaine comme des dingues. La première chose à faire a été d'accomplir les formalités administratives :

- Nous avons récupéré notre numéro d'assurance sociale (NAS, prononcez "nasse"), obligatoire pour travailler... et payer nos impôts.

- Nous avons été à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ, prononcez "rame-cu"), l'équivalent de la sécurité sociale. Nous avons, au préalable, demandé à la CPAM un formulaire SE 401-Q-207, pour éviter la carence de 3 mois entre la France et le Québec. - Nous avons été à la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ, prononcez "sac") pour échanger notre permis de conduire, car le permis français n'est valable que 6 mois sur le territoire canadien. Et puis, pour les compagnies d'assurance, il vaut mieux avoir un permis québécois !


- On a finalisé les inscriptions des garçons au secondaire (équivalent du collège). Téo sera au secondaire 3ème année (équivalent de la 3ème, en France). Il a été visiter les locaux. C'est impressionnant car l'établissement est très grand ! Le campus peut accueillir environ 1800 élèves, avec un bâtiment par niveau. Adrien, quant à lui, sera au primaire 6ème année (équivalent de la 6ème, en France), car il n'a pas encore l'âge requis pour aller en secondaire.


- Nous avons recherché activement une place en garderie pour Elodie. Mais ce n'est pas évident, car il n'y a plus de place dans les garderies subventionnées. Les garderies privées, où sont les gardiennes (nounous), sont très chères : environ 50 $ (35 €) par jour ! Après pas mal de refus, nous avons eu une place dans une garderie. Mais, lors de la visite, les locaux étaient sales et nous avons eu un mauvais pressentiment. Nous avons appris plus tard que cette structure avait eu plusieurs signalements pour maltraitance... Fort heureusement pour notre puce, nous avons continué à chercher. Finalement, nous avons trouvé, grâce aux réseaux sociaux, une gardienne qui correspondrait à nos attentes ! A suivre...


D'ailleurs, via les réseaux sociaux, nous avons fait la connaissance de quelques familles expatriées qui nous partagent régulièrement leurs expériences avec beaucoup de bienveillance. Cela nous aide à nous intégrer car, j'avoue que cette première semaine à été un peu difficile : nous n'avons aucun repère ici, tout est inconnu, tout est grand.

Sainte-Foy, le quartier où nous allons nous installer, est un secteur très industriel avec une grande autoroute centrale qu'il faut constamment traverser pour aller d'un point à l'autre. C'est un peu déroutant car nous n'avons jamais vraiment habité en environnement urbain avec nos enfants. En France, nous habitions la campagne. Mais l'avantage ici, c'est que nous sommes au centre de tout. Tous les magasins sont dans un rayon accessible en 5 à 8 minutes de route, les promenades en forêt à 10 minutes et les pistes de ski à 15-20 minutes... tout est fait pour profiter des activités sans devoir faire des kilomètres.


Le premier jour où nous avons pu mettre les pieds dehors, nous sommes allés le soir même voir le fameux Château de Frontenac dans le Vieux-Québec. En dehors de la pluie, qui nous a accompagnés, le centre est vraiment très joli : les décorations de Noël illuminent la ville. Avec la covid, toutes les rues étaient vides, puisque les restaurants et magasins non essentiels sont fermés durant la pandémie. Nous avons profité pleinement de ce calme pour nous promener tranquillement dans les rues.

Evidemment, nous avons fait beaucoup d'autres choses : nous avons découvert les différents magasins canadiens, récupéré les clés de notre logement, acheté des meubles et nous nous sommes équipés de mitaines et de tuques (gants et bonnets) !

J'ai aussi passé des entretiens d'embauche...


Mais je vous détaillerai toutes ces découvertes dans plusieurs articles à venir !


Petit bilan de cette première semaine de liberté : recommencer de zéro n'est pas facile, il faut quand même avoir l'âme d'aventurier et avoir la bougeotte pour tenter un tel changement de vie. Il y a des hauts et des bas car nous n'avons pas de repère, ni de routine, pour le moment. Pour nous, le plus brutal est ce nouvel environnement plus bétonné, mais il y a aussi beaucoup de découvertes positives. Alors, pas à pas, nous construisons cette nouvelle vie car c'est aussi une chance extraordinaire de pouvoir vivre tout cela !

Aujourd'hui, dimanche 6 décembre, nous avons eu beaucoup de neige !

C'était magnifique !

2 commentaires

Posts récents

Voir tout